Gestion de la grossesse

Gestion de la grossesse

Certaines grossesses précoces sont spontanément perdues en raison d'une sécrétion insuffisante de l'hormone progestérone par le corps jaune de l'ovaire, une condition connue sous le nom de «déficit en phase lutéale ». Le déficit en phase lutéale est relativement rare dans la reproduction naturelle, mais très fréquent avec les traitements de procréation assistée qui incluent la stimulation ovarienne. Les chercheurs de la clinique MAR&Gen, dirigés par le Dr Jan Tesarik, la Dr Carmen Mendoza et la Dr Raquel Mendoza Tesarik, ont analysé cette condition en profondeur et, tout au long des années 2005-2020, ont développé des méthodes de prévention et de traitement de cette cause de fausse couche.

Déjà en 2006, le groupe avait publié, dans la revue Human Reproduction, ses résultats encourageants avec l'administration d'un agoniste de la gonadolibérine (GnRH) après transfert d'embryon dans les traitements ICSI. Le même groupe a par la suite montré que chaque grossesse après une tentative de procréation assistée doit être surveillée fréquemment, chez certaines femmes jusqu'à plusieurs mois, pour détecter et traiter les premiers symptômes d'un déficit en phase lutéale et de l'activation ultérieure de la sécrétion de progestérone par le placenta. Un article publié par le groupe en 2020 dans la revue Frontiers in Reproductive Health résume les lignes directrices pour une prise en charge personnalisée et efficace de la grossesse issue de la procréation assistée (cliquez sur le bouton "RECHERCHE" du menu principal).