Microinjection de Spermatoïdes a l’ínterieur de l’ovocyte (ICSI)

Microinjection de Spermatoïdes a l’ínterieur de l’ovocyte (ICSI)

Cette technique a acquis une grande importance surtout quand il y a une infertilité à cause de l’homme.

Indications:
Cette procédure sera effectuée quand il existe:

  • Peu de spermatozoïdes avec mobilité et morphologie normale
  • Problèmes de l’union et de la pénétration du spermatozoïde dans l’ovocyte
  • Après l’échec de la FIV classique
  • Présence d’anticorps antispermatozoïdes qui empêchent la fécondation
  • Insuffisance dans la réaction acrosomique du spermatozoïde
  • Faible nombre d’ovocytes
  • Grand nombre de formes spermatiques anormales ou immobiles

Procédure:
Dans ce protocole, on obtient d’abord les gamètes masculines et féminines. Pour obtenir un nombre important d’ovocytes, on a le recours à la stimulation ovarienne avec des médicaments, comme on a déjà mentionné dans le paragraphe de stimulation ovarienne. Exceptionnellement, ce stimulus exogène, peut provoquer une réponse exagérée de l’ovaire qui porte l’apparition des symptômes qui constituent le Syndrome d’Hyperstimulation, qui suppose un excès d’ovulation non recommandable et qui peut être prévu dans la majorité des cas.

Ponction follicullaire:
Les ovocytes seront obtenus par ponction folliculaire guidée par échographie. Celle-ci sera effectuée sous sédation générale ou locale et durera environ 15 à 20 minutes. Les possibles complications de cette intervention sont très limitées et faibles.

Les ovocytes repris se dénuderont des cellules qui les entourent (les cellules du cumulus oophorus) afin de pouvoir observer leur qualité. On microinjectera uniquement les ovocytes mûrs (Metaphase II).

Après avoir sollicité l’échantillon de semence du patient, celui-ci sera préparé dans le laboratoire pour, postérieurement, microinjecter un spermatozoïde de la meilleure qualité dans chaque ovocyte (ICSI). Un spermatozoïde par ovocyte.

Cette technique est effectuée dans un microscope spécial adapté avec des micromanipulateurs. Une micropipette tenue à l’ovocyte tandis qu’une autre injecte le spermatozoïde dans son intérieur.

Tous ces détails seront effectués avec la connaissance précise et le consentement du couple par le biais des feuilles d’information de chacune des techniques à appliquer ainsi que de feuilles d’acceptation ou de consentement du couple qui le demande.

La fécondation s´observera 24 heures après la ponction folliculaire, en informant en ce moment les patients du nombre d’ovocytes fécondés (zygotes) obtenus.

Ceci sera une donnée seulement d’orientation, du nombre de preembryons disponibles pour le transfert, 24 ou 48 heures plus tard, puisqu’il est possible que tous les zygotes n’arrivent pas jusqu’au stade de preembryon. Les preembryons viables obtenus sont transférés à l’utérus du patient entre 48 à 72 heures après la ponction folliculinique, pour que là ils continuent leur développement de manière naturelle.
Il est démontré cliniquement que les possibilités de grossesse et avec le moindre risque de gestation multiple, peuvent augmenter considérablement quand le nombre d’embryons transféré est de 3. Notre Centre transfère généralement entre 1 et 3 embryons, même si à l’heure du transfert il faut faire attention à l’âge de la patiente, à la qualité embryonnaire, à la qualité de l’utérus, au diagnostic de la patiente, aux possibles risques mère- fils et aux désirs du couple pour que le nombre d’embryons et la grossesse soit l’approprié.

Les preembryons qui ne sont pas transférés seront conservés (congelés), en existant une feuille d’information et de consentement de ce processus pour le couple de patients. Dans le cas de l´existence des embryons congelés, ceux-ci appartiendront au couple pendant une période de 5 ans et qu’à la fin de cette période, et si le couple n’exprime pas son intérêt pour eux, ils deviendront propriété de la clinique de reproduction assistée, pour ainsi pouvoir incorporer ces embryons dans le protocole de don d’embryons. Ce protocole est convenable pour des couples qui après plusieurs tentatives de reproduction assistée, n’ont pas obtenu des résultats positifs en raison de la mauvaise qualité du gamètes féminins et masculins qui font que les embryons résultants ne soient pas évolutifs.

En raison de la médication utilisée pour la stimulation ovarienne, entre la possibilité d’obtenir un vaste nombre d’ovocytes. Quand le nombre d’ovocytes obtenus est très haut, une partie d’eux peuvent être donnés aux femmes sans possibilité de produire ses ovules propres, toujours en assurant pour la donneuse un nombre suffisant de preembryons qui permet tant le transfert comme la congélation de ses propres embryons et avec le consentement express de la donneuse.

Le don sera anonyme et gratuit. Avec le don, les bénéficiaires ne sont pas seulement les réceveuses, mais aussi les donneurs, puisque le fait d’exposer leurs ovocytes à des spermatozoïdes de différente origine, apportera une information de valeur.

  • Si la fécondation avec sperme de son couple ne réussit pas, mais si avec l´autre, nous saurons que le problème réside dans les spermatozoïdes.
  • S’il n’y a pas de fécondation dans les deux cas, nous déduirons que le problème est des ovocytes.
  • Si, comme c’est normal, il y a une bonne fécondation avec différents échantillons de semence, nous obtiendrons aussi des données sur la qualité des embryons, la réceptivité utérine, etc.

Une alternative au don d’ovocytes à d’autres patients, serait celle de destiner les ovocytes donnés pour la recherche. Le Centre a plusieurs lignes de recherche, toujours dans les conditions indiquées dans la Loi 35/1988, destinées à introduire des modifications dans les traitements des couples infertiles, ce qui a permis que dans les dernières années ont augmenté les taux de grossesse.

Il existe également le protocole de donneur d’ovocytes pur. Il s’agit d’obtenir les ovocytes d’une donneuse qui donne ses ovocytes pour que les femmes qui présentent stérilité à cause de l’absence ou de la mauvaise qualité ovocytaire puissent avoir des enfants.

Dans ce cas il existe deux protocoles différents. Si la patiente n’a pas la possibilité de créer ses propres ovocytes, on féconderait les ovocytes de la donneuse avec le sperme du mari de la patiente et les embryons résultants seraient transférés à la patiente, dans un nombre qui assure la grossesse. Le reste des embryons seront congelés. Dans ce cas, les embryons résultants possèdent la moitié de l’information génétique de la donneuse et l’autre moitié du mari de la patiente.

Diseño web: Limón Publicidad