Fécondation In Vitro (FIV)

Fécondation In Vitro (FIV)

La fécondation in vitro (IVF ou FIVET, les sigles anglais) est une technique par laquelle s’effectue la fécondation de l’ovule par le spermatozoïde à l’extérieur du corps de la mère. La FIV est le principal traitement pour infertilité lorsque d’autres méthodes de procréation assistée n’ont pas réussie. Le processus implique le contrôle hormonal du processus de l’ovulation, extraire un ou plusieurs ovocytes des ovaires maternels, afin de permettre qu’ils soient fécondés par des spermatozoïdes dans un milieu liquide. L’ovocyte fécondé (que certains appellent préembryon) peut ensuite être transféré dans l’utérus de la femme, pour se nicher dans l’utérus et poursuivre son développement jusqu’à la naissance.

La fécondation in vitro clasique (FIVc) est probablement la technique la plus commune en reproduction assistée. La première grossesse a été obtenue en 1976 et la première naissance en 1978. Normalement, la fécondation d’un ovocyte, libéré par l’ovaire, est fécondée par un spermatozoïde dans les trompes de Fallope. Toutefois, dans le processus de FIV, cette union de l’ovocyte et du spermatozoïde, est effectuée dans le laboratoire, hors du corps de la femme. Les embryons obtenus, sont transférés dans l’utérus de la femme pour continuer son développement embryonnaire.

Indications:

  • Obstruction ou absence des trompes de Fallope
  • Endométriose
  • Problèmes au niveau du col utérin
  • Échec de l’insémination artificielle
  • Stérilité d’origine inconnue

Procédure:

Dans la fécondation in vitro clasique (FIVc), on obtient d’abord les gamètes masculins et féminins. Les ovules sont fécondés dans le laboratoire et les preembryons viables ainsi obtenus sont transférés finalement dans l’utérus de la patiente, pour que là continue son développement de manière naturelle.

Il est démontré cliniquement que les possibilités de gestation augmentent considérablement en inséminant plusieurs ovocytes pour ainsi pouvoir transférer plusieurs preembryons. Pour obtenir un nombre important d’ovocytes, on recourt à la stimulation ovarienne avec des médicaments, comme il a été précédemment mentionné (Voir paragraphe sur la Stimulation ovarienne). Exceptionnellement, ce stimulus exogène peut provoquer une réponse exagérée de l’ovaire qui porte l’apparition des symptômes qui constituent le Syndrome d’Hyperstimulation, qui suppose un excès d’ovulation non recommandable et qui peut être prévu dans la majorité des cas.

Les liquides folliculaires seront obtenus par la ponction folliculaire guidée par échographie. Celle-ci sera effectuée sous sédation générale ou locale et durera environ 15 à 20 minutes. Les possibles complications de cette intervention sont très limitées et faibles. À la fin de la même patiente peut retourner à la maison dans quelques heures, après avoir effectué un court repos.

Les ovocytes obtenus sont observés dans le laboratoire pour évaluer leur maturité et qualité et ils seront introduits dans un moyen de culture adapté à 37ºC et une atmosphère de CO2. Après on demandera l’échantillon de semence au patient qui sera préparé dans le laboratoire pour, postérieurement, inséminer les ovocytes. L’insémination est effectuée en mettant en contact les spermatozoïdes avec les ovocytes. La fécondation on l´observera 24 heures après la ponction folliculaire, en informant en ce moment les patients du nombre d’ovocytes fécondés (zygotes) obtenus et sa qualité. Celui-ci sera une donnée seulement d’orientation, du nombre de preembryons disponibles pour le transfert, puisqu’il est possible que toutes les zygotes n´arrivent pas jusqu’au stade de preembryon normal.

Par conséquent, une fois passées 48 ou 72 heures depuis la ponction folliculaire, 1-3 preembryons résultants ( ceux de la meilleure qualité), seront transférés dans l’utérus de la patiente. Il est démontré que ce nombre de preembryons fournit les plus grandes possibilités de grossesse, avec le plus petit risque de gestation multiple. N’importe de quelle façon, le nombre d’embryons à transférer sera concerté avec le couple selon ses désirs et possibilités.

Le processus de transfert dure seulement quelques minutes et il est effectué par contrôle échographique, en utilisant un cathéter mince pour transférer les embryons dans l’utérus, à travers le col utérin. Ensuite la patiente reposera deux heures environ et pourra retourner à la maison. La procédure est comme l’insémination artificielle, simple et totalement indolore. Une fois que la patiente est dans son domicile, elle observera un repos et une abstinence sexuelle de 7 jours (recommandable). Elle suivra le traitement établi par le docteur qui sera normalement basé sur la progestérone pour améliorer la sécrétion hormonale pendant la phase lútea et faciliter les possibilités d’implantation et la grossesse postérieure. Vers les 14 jours depuis le transfert on mènera à bien un essai de grossesse en sang (mesure de Beta-hCG). Le résultat sera communiqué à la clinique. Si le résultat est positif, se réalisera une échographie aux 2 ou 4 semaines suivantes. Une fois qu’est confirmé la présence d’un sac embryonnaire avec l’activité cardiaque, le docteur l’informera sur les pas à suivre pendant la grossesse.

Les preembryons qui ne sont pas transférés seront conservés (congelés) afin de pouvoir augmenter les possibilités du couple de retour pour être des parents (si le premier transfert d’embryons a résulté positif) ou d’une nouvelle tentative (si la première tentative a résulté en échec). N’importe de quelle façon, les embryons congelés appartiendront au couple pendant une période de 5 ans et qu’à la fin de cette période et si le couple n’exprime pas son intérêt pour eux, ils deviendront propriété de la clinique de reproduction assistée, pour ainsi pouvoir incorporer ces embryons dans le protocole de don d’embryons. Ce protocole est bénéfique pour des couples qui, après plusieurs tentatives de reproduction assistée, n’ont pas obtenu de résultats positifs en raison de la mauvaise qualité du gamètes féminins et masculins qui font que les embryons résultants ne soient pas évolutifs. Tous ces détails seront effectués avec la connaissance et le consentement précis du couple, en existant des feuilles d’information de chacune des techniques à appliquer aussi bien que des feuilles d’acceptation ou de consentement du couple qui le demande.

D’autre part, en raison de la médication utilisée pour la stimulation ovarienne, entre la possibilité d’obtenir un vaste nombre d’ovocytes. Quand le nombre d’ovocytes obtenus est très haut, une partie d’eux peuvent être donnés aux femmes sans possibilité de produire leurs propres ovules, toujours en assurant pour la donneuse un nombre suffisant de preembryons qui permet tant le transfert comme la congélation de leurs propres embryons et avec le consentement express de la donneuse.

Le don sera anonyme et gratuit. Avec le don, les bénéficiaires ne sont pas seulement les réceveuses, mais aussi les donneurs, puisque le fait d’exposer leurs ovocytes à des spermatozoïdes de différente origine, apportera une information de valeur:
a) Si la fécondation avec le sperm du couple ne réussit pas, mais si cella avec un autre, nous saurons que si le problème réside dans les spermatozoïdes.
b) S’il n’y a pas de fécondation dans les deux cas, nous déduirons que le problème est dans les ovocytes ou dans l´utérus.
c) Si, comme c’est normal, il y a une bonne fécondation avec de différents échantillons de sperme, nous obtiendrons aussi des données sur la qualité des embryons, la réceptivité utérine, etc.

Diseño web: Limón Publicidad